Smoked too much weed and this came to me, never mind, be free

J’avais gardé un bédo de weed
Pour si tu songeais à moi la nuit,
Mais cette herbe est pourrie
D’attendre sans armistice.
J’ai entendu que tu as un canon
Et il pointe dans ma direction,
Gaspille pas tes intentions
Mon âme n’a pas d’armement.
Juste dis moi ce que tu veux
Et part sans laisser d’adieu,
Après tout nous sommes les deux
Des enfants qui cachent leur passion.
Je fume ce soir seul et j’entends
Le silence qui me rends anxieux,
Je songe des paysages du Japon
Si calmes entre les tremblements.
J’aimerais être aussi simple
Mais la raison m’échappe,
Quand le parfum d’un arbre
Me rappelle ton sourire âpre.
J’ai connu cet jour ensoleillé
La raison pour laquelle un poète,
Entre les flammes d’une comète
S’accroche aux ciments de la terre.
Désormais j’écris de moins en moins
Et tout semble s’évanouir dans le noir,
Quand mes yeux se ferment le soir
Toutes les chaînes parlent de toi.
J’ai balancé ma télé par la fenêtre
Mais j’entends toujours cette nouvelle,
Tu mors des lèvres qui ne sont pas les miennes
Tard le soir quand la lune est pleine.
Alors je fume, bois et j’écris
Sincèrement c’est inutile,
Les mots qui ne sont pas dis
Ne feront jamais de plaisir.

titusanronicus_rayconcepcion2_portrait-1520611664-640x622

Advertisements

I was always good for love letters

I was always good for love letters,
What a soul she had
What an amazing ass!
I don’t know why but I remember,
How you used to eat my cock
How you liked to be choked
And even the kisses on your neck
As my hands turned it red.
Red, red, holy red
You were, fuck, you were
Amazing on that white dress,
Your ass finding its way
To make me hard again.
There were moments where
Anywhere would be a good place
You will play and I would gamble again,
Time was limitless.
You produced that smell
And I couldn’t see clear from there
But the shadow of your pleasure
Made me go on whithout measure.
Your eyes growing every time,
How beautiful it is to look someone
Right in the eyes as you enter its spirit,
My soul grew bigger with you in it,
Dreaming of your panties
Drunk but never in parties.
I was always good for love letters,
What an extraordinary soul
Look those legs how they’re long!
And what about what’s inside?
Fuck I’m losing my mind one more time.

Balade crépusculaire

La lune était pleine
Et de toi je me suis souvennu
Tes yeux si clairs
Dans cette lune j’ai vu.
Le soleil était couché
Donc je me suis réveillé
Et entre bouteilles vides
J’ai cherché en ma mémoire
Le petit coin
Où j’avais perdu la raison,
Et je l’aie trouvée
Là où je l’avais perdue
Quand tu as dit non.
Et toutes ces chansons
Que j’entends profond,
Seblent m’accorder
Au rythme de la symphonie
Jamais finisse.
Chaque note
Chaque vers,
Chaque œil
Ô si verts !
Comment pourrais-je
Oublier cet être
Que dans tes yeux vivait?
Comment as-tu pu
Combler cet mythe
Qu’entre tes seins
Et mes mains
Se formait ?
La mélodie on a arrêté
‘Viens, soyons normaux
Assis toi, je ferai du thé’
Mais c’était non
Et maintenant la lune
Me poursuit
Et ton souvenir
Entre les nuages
S’évanouit.

image