Smoked too much weed and this came to me, never mind, be free

J’avais gardé un bédo de weed
Pour si tu songeais à moi la nuit,
Mais cette herbe est pourrie
D’attendre sans armistice.
J’ai entendu que tu as un canon
Et il pointe dans ma direction,
Gaspille pas tes intentions
Mon âme n’a pas d’armement.
Juste dis moi ce que tu veux
Et part sans laisser d’adieu,
Après tout nous sommes les deux
Des enfants qui cachent leur passion.
Je fume ce soir seul et j’entends
Le silence qui me rends anxieux,
Je songe des paysages du Japon
Si calmes entre les tremblements.
J’aimerais être aussi simple
Mais la raison m’échappe,
Quand le parfum d’un arbre
Me rappelle ton sourire âpre.
J’ai connu cet jour ensoleillé
La raison pour laquelle un poète,
Entre les flammes d’une comète
S’accroche aux ciments de la terre.
Désormais j’écris de moins en moins
Et tout semble s’évanouir dans le noir,
Quand mes yeux se ferment le soir
Toutes les chaînes parlent de toi.
J’ai balancé ma télé par la fenêtre
Mais j’entends toujours cette nouvelle,
Tu mors des lèvres qui ne sont pas les miennes
Tard le soir quand la lune est pleine.
Alors je fume, bois et j’écris
Sincèrement c’est inutile,
Les mots qui ne sont pas dis
Ne feront jamais de plaisir.

titusanronicus_rayconcepcion2_portrait-1520611664-640x622

Advertisements