Conversation with a broken lady #22

‘Je crois m’ avoir trompée de vie’, elle dit un froid soir d’été, ‘j’ étais sûre d’avoir compris la vie, que la vérité me montrerai le calme hors de la ville. Mais rien ne marche jamais. Je fuis toute chose qui me donne du bonheur, je ne suis pas faite pour ce genre de splendeur. J’ai vécu les meilleurs moments de mon existence et pourtant je déteste être tombée pour un artiste. Maintenant il chante, il écrit, il peint sur mon existence et cela me cause une peine terrible, car je suis une personne horrible. Je ne veux plus repousser les gens mais je ne les veux pas près de mon cœur, je ne sais pas ce que je veux mais je sais ce que je fuis.’

‘Pauvres sont nous’, j’ai répondu joint à la main, ‘nous humains, nous êtres étranges. On se balade sur cette terre, l’on cherche la paix spirituelle mais l’on se rends pas compte que l’on possède déjà tout ce dont on a besoin. La vie tu ne la comprendras jamais, car il n’y a rien à comprendre. Un artiste c’ est quelqu’un qui opprimé la vie à la recherche de réponses, un peu comme un scientifique. L’artiste cherche un sens dans l’air qu’il respire, dans la nature qu’il cultive, dans les yeux qu’il admire. Quand un artiste a cette impulsion de créer pour toi, de faire de toi une œuvre d’art, tu sais que jamais tu ne mourras. Car entre les fines lignes, ou les traits abstraits de sa création; tu trouveras une galaxie entière de vérité et d’éternité.  Et tu sauras que tu ne t’étais pas trompée. A un moment ou un autre tu devrais l’affronter, et le mieux c’est que tu sois celle que la peine a réussi à surmonter et recréer. Toujours recréer.’

Conversation with a broken lady #21

‘Penses tu que l’art soit ‘bon’ pour notre santé ?’ elle murmura un âpre dimanche hivernal, ‘dessiner à toujours été ma seule source d’évasion, sans elle je me sentirai perdue, l’angoisse me remonterait aux entrailles, je serai un complexe paradoxe sans solution. Mais au même temps, l’art peut-être une des causes principales de ma dépression. Pénétre mon âme et envahi mon esprit, représente le noir en moi et le blanc de l’oubli.’ 

‘Tu sais la beauté de l’art ‘, lui dis-je refermant ma couverture, ‘se trouve dans sa complexité. L’ art n’est rien de plus simple que la vie ou la mort. L’art c’est de la philosophie, de l’anatomie, des sciences et des émotions. On ne peut jamais réussir dans l’art, car il n’est pas parfait comme l’on semble vouloir le démontrer; tout comme notre vie ne l’es plus. Mais quand tu prend ton crayon ou tu prends une photo, tu es entrain de capturer un instant, ton âme a réussi à communiquer avec les sensibles notes artistiques qui se baladent entre nous et créer quelque chose de unique, un mélange de toi et le monde autour. Pour un instant tu possèdes et contrôles un instant complet. Donc ta question devrait plutôt être : la vie est-elle “bonne” pour notre santé ?’

Conversation with a broken lady #20

‘Qu’est-ce que l’amour ?’, me demanda-t-elle un soir étoilé, ‘peut-on comparer l’ amour que l’on ressent par notre couple à celui que l’on ressent par un visage familier ou amical ? Peut-on aimer et être aimé sans être hypocrite ? Sans penser à la suite ? L’amour n’est-il pas une invention humaine ou divine créé pour consoler nos âmes solitaires? J’ai aimé et j’ai ressentie être aimée mais est-ce correct ? Je sais pas quoi penser de l’amour dans un monde où l’intérêt personnel se bat toujours avec des meilleures armes et que l’intérêt général les fondamentaux de l’amour écrase.’

‘L’amour est une paradoxe’, je lui ai répondu noyé dans le ciel noire si éclairé, ‘regarde là-haut, chaque étoile représente une infinité de lumière, une immensité de chemins à emprunter et le ciel représente chaque vide que t’as pu jamais ressentir. Tu vois ? Le ciel reste toujours plus ample, il semble plus fort comme un énorme géant; pourtant ce n’est pas le noir que tu observe actuellement mais seulement l’énorme lumière que les étoiles et la lune affligeant a cette triste dôme qui les recouvre. Tu devrais te centrer à rechercher et goûter cet liquide lucide qui déroule doucement de ton âme et qui te dit de continuer à te battre et oublier les questions sans réponses, puisque ce sera que quand tu auras réussi à faire ceci que la colossal vérité du monde se présentera devant toi et toutes ces questions intraitables prendront tout leur sens. Et une fois ton ciel débordant d’étoiles, ton âme sera calme et le temps et l’amour n’iront plus de la main, sinon qu’ils marcheront à ton rythme si mystique.’

Conversation with a broken lady #19

​’All I want is to help him go through it,’ she told me a month after the break down,’I know I’m broken, every part of me feels that way, and I don’t know how I am supposed to keep breathing when every time I inhale, his memory burns my heart. But the fact that he could be worst than I am, destroys me in the inside, makes me want to help but I can’t seem to find the way, and it keeps torturing myself.’

‘You should rest dear,’ I told her as I looked thought those crystal clear eyes,’you are way too much damaged to even try to help yourself. You can’t help him, or me, nor anyone, if you don’t heal yourself first. You need to forgive you, to motivate you enough to stop all this vice and be alive once again. Found yourself, embrace it, kiss it, hold it tight and never let go, never let go. Once you’ve done that, you’ll have your life back, your soul will shine, and even without talking, you’ll be helping, everyone who you’ll cross and everyone you’ll ever love.’

Conversations with a broken lady #18

​’I’m tired of pretending,’ she told me with intense eyes at the station bench, ‘after he left, I suffered a lot, more than I could try to explain. And after a certain time, I thought I had move on, I really thought I was happy again, that it was all over, gone. But now I realize it was all a lie, he’s still on my mind and always has. It’s like a disease from which you can’t recover. I want to call him, tell him all this things, but I don’t want to ruin him. His happiness is my first priority, and mine’s not even second.’

‘Stop doing this to yourself,’ I asked her worryingly, ‘it really isn’t the easiest way to do it but you should let it go now. If you want to call him and tell him the truth, do it. Truth is what matters. We tell little lies everyday, and forget about them the day after; but when you tell the truth, it stays there, it changes things. To better or worse but at least it makes it different, like closure. Right now you don’t know where you are. I don’t mean it physically, but your true self don’t know what it wants, so you’re aging for direction. And the direction we already know seems always the better, the easiest; but it isn’t always the best. Time changes things and persons, it’s inevitable. You have to keep going, with truth as your armor, and in the right time you’ll find the image you were searching for.’