Conversation with a broken lady #15

‘Tu sais ?’, elle me dit un coucher de soleil hivernal, ‘des fois je me sens comme une question sans réponse, comme si tous mes efforts pour trouver et garder une raison digne de vivre ne serviraient qu’à empirer la situation. Je le revoit et je ne sais plus quoi dire, mon âme veut exprimer des milliards de mots mais ma bouche reste inamovible. Effrayée face au défit. Tout ce qui m’entoure change et je ne semble pas attraper le rythme de la noble dance. J’ai peur de rester toujours comme ça, de ne plus pouvoir différencier ce qui est réel de ce qui je l’est pas.’
‘On vit dans un monde d’âmes muettes,’ je lui répondu entre murmures, ‘les gens emprisonnent leurs esprits face à la peur au rejet. On a peur de ne pas être accepté tel que l’on est donc on change notre façon d’être par rapport à la moyenne, établi par un archaïque système. On se fait emprisonner par nos différentes possessions et l’on fini par leur appartenir. Ta raison de vivre tu la trouvera dans toi même, quand la lune le soleil elle relève, ta raison de vivre n’est pas un autre être vivant mais quelque chose de bien plus grand. Parfois on semble ne pas trouver les mots, pour expresser ce que l’on ressent, ceci à créé l’emploie au poète, de trouver la rime parfaite, pour expresser ce qu’il ressent, ce qu’il voit, ce que le monde offre. Donc ne te soucis pas, un jour les mots tu trouvera, pour l’instant contente toi de le regarder dans les yeux, et quand dans les tiens il se sera noyé, ma belle, son attention tu attirera.’

image

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s