Hole to eternity

I fell into this deep hole
Where darkness dominates
And together we were whole
As the moon, crazy thoughts illuminates.
I look at that moon
Wondering if you are seeing it too;
Do you see the moon beating
At our words rythme?
Do you craw at night
When from everyone you hide
And you’re willing to go outside?
Do you wonder about Death
When everything you have is a cigarette
And these old books of failed drawings?
I wonder if she draws poems in her mind
When she thinks about I, I,
Wonder if she’s looking at
the same moon I am,
How tiny and beautiful her eyes can be
Compared to all the suffer mines bleed.
Do you think you can cure my being?
Do you believe in human harmony?
Do you ever feel like weeping yourself out?
‘Cause every time I imagine you,
All my hands can hope to achieve
Is to be loved by someone like you
And from this ground hole, be freed.

image

Advertisements

Tres almas sin rumbo

Recuerdo esa noche
Bajo las estrellas
De las ramblas de Vera

Como los tres
Rodeados de humo
Discutiamos del mundo

De lo rara que era la vida
De la crueldad femenina
De los dioses en el Olympo

Tres pobres almas
Llenas de palabras
De risas atópicas

Entre la muerte de estrellas
Bebimos de la botella
Sellando el pacto sagrado

De tres con uno borrachos
De amor o del vino de antaño
De miedo o de sueños de palacios

Mas los tres allí restamos
Llenos de vida,
Lágrimas de sangría

Sobre nuestro rostro
Cansado del entorno
Deseando el retorno.

Fuimos los tres aquella noche
Amantes del vino y de los dioses
Que nos abandonaron sin reproche

Dejándonos sin rumbo
En las ramblas de un mundo
Donde la miseria brota

De cada ser sin anestesia,
Sin prevenir
Sin jamás abrir la puerta.

image

The stars look different today

J’ai fumé 30 cigarettes aujourd’hui
Et tu sais pour la bière,
Je nous voit rentrer dans une guerre civile
Juste pour voir qui est plus fier.
Ces nuits passées à boire,
Noyait dans l’extase,
Perdre la coquille
Dans les rues nues de Paris.
Entouré de femmes sans habits;
De mégots, des cartons huileux
Remplissent des cendriers
Drôlement inventées,
Et entre toutes ces bouteilles
Vidées la veille,
Je me retrouvait
Plus seul que jamais.
Entre les cristaux
Goutteux des verres
J’ai pu apercevoir le reflet lumineux
De la Lune, qui m’interrogeais;
‘Que fais-tu des soirs,
Quand l’ivresse déjà diminue
Et ton esprit fait de soie
A la dérive il continu,
Poussé par des forces étrangères
Des mots insincères,
Sortis des bouches d’ego pleines ? ‘
Ce soir je voit la lumière des étoiles,
S’éteindre au rythme d’un vaisseau spatial,
Et à l’intérieur j’imagine
Un vieux artiste
Chanter sur la guerre et à la lune
Lui offrir des pauvres poèmes
Sortis de sa vieille plume,
C’ est un ange de renaissance
Entonnant un son des Dieux,
Enfin libéré de ce monde crueux.

image

Conversation with a broken lady #15

‘Tu sais ?’, elle me dit un coucher de soleil hivernal, ‘des fois je me sens comme une question sans réponse, comme si tous mes efforts pour trouver et garder une raison digne de vivre ne serviraient qu’à empirer la situation. Je le revoit et je ne sais plus quoi dire, mon âme veut exprimer des milliards de mots mais ma bouche reste inamovible. Effrayée face au défit. Tout ce qui m’entoure change et je ne semble pas attraper le rythme de la noble dance. J’ai peur de rester toujours comme ça, de ne plus pouvoir différencier ce qui est réel de ce qui je l’est pas.’
‘On vit dans un monde d’âmes muettes,’ je lui répondu entre murmures, ‘les gens emprisonnent leurs esprits face à la peur au rejet. On a peur de ne pas être accepté tel que l’on est donc on change notre façon d’être par rapport à la moyenne, établi par un archaïque système. On se fait emprisonner par nos différentes possessions et l’on fini par leur appartenir. Ta raison de vivre tu la trouvera dans toi même, quand la lune le soleil elle relève, ta raison de vivre n’est pas un autre être vivant mais quelque chose de bien plus grand. Parfois on semble ne pas trouver les mots, pour expresser ce que l’on ressent, ceci à créé l’emploie au poète, de trouver la rime parfaite, pour expresser ce qu’il ressent, ce qu’il voit, ce que le monde offre. Donc ne te soucis pas, un jour les mots tu trouvera, pour l’instant contente toi de le regarder dans les yeux, et quand dans les tiens il se sera noyé, ma belle, son attention tu attirera.’

image