Si je mourrais demain..

Si je mourrais demain,
Qui pleurerais ma mort ?
Qui danserai de joie ?
Qui oubliera mon pardon ?
Si je mourrais demain,
Me prendrais tu de nouveau dans tes bras ?
Embrasserai tu mes yeux vides de reflet ?
Voudrais tu me revoir en cet minable état ?
Si je mourrais demain,
Continueront les oiseaux à chanter à ma fenêtre ?
Le mal descendrait il de son siège royal ?
Me laisserai tu voir la lumière que tes cheveux pénetre ?
Si je mourrais demain,
Pourrais-je oublier la souffrance existentielle ?
Ou tu me manquerais toujours ?
Même dans cet chaleureux et profond enfer ?
Si je mourrais demain,
Qu’est-ce que serait-il de mes vieux poèmes ?
Qui écrira mon histoire ?
Qui te diras que t’es toujours la plus belle des reines ?
Si je mourrais demain,
Le soleil se réveillera
Et sur le ample océan
Notre histoire se effacera enfin.

image

Advertisements

An infamous addiction

For me
The good old weed
Was like a way
To a gateway,
Make time mine,
Evade from the world
Dissappear in my mind
And fill up my soul.
It meant a break
In my mooring days
A moment to forget
And stop the headache.
Alcohol helped sometimes
But it was never the same
My lungs needed to shut down,
Shut down and take a break.
Now I feel like this weed
Is elevating me
So I should take the tip
And have another rip
To forget the cruel words
That come from the outside world.

image

Conversations with a broken lady #9

‘How many times can we forgive the disappointment to the people we love?’, she told me as one tear came from her beautiful eyes, ‘I’m sick of forgetting everything so that we can be friends and act like everything’s going great. I don’t want no more lies, I seek for honesty even if I’m not sure if it can be find in this world of ours.’
‘ Fuck them’,  I told her as the tears stopped, ‘They don’t deserve you and they definitely don’t deserve your sorrow and crying. People are fucked up or maybe we are, but I disagree to accept that a person that loved you at least for a while can make you suffer this way. So if someone doesn’t bring anything positive to your life, fuck them, let them go and make your life yours. There’s not much more that you could do so just fuck them and live.’

image

Conversations with a broken lady #8

“Je tremble à chaque fois que j’y pense,” elle m’a chouchoutée dans la nuit, “c’est tellement facile de se tromper sur une personne, de voir une toute petite partie d’eux et la confondre pour leur intégrité. Les apparences sont confuses, tu peux croire connaître une personne, arriver au point de l’aimer même, mais connaît-on vraiment les personnes qui nous entourent ? J’ai peur de faire confiance aux gens quand même les plus proches m’ont déçu.”
“C’est normal d’avoir peur,” je lui ai répondu, “c’est une réponse de ton âme qui a perdu en quelque sorte l’espoir de trouver un être égal qui lui montrera plus que les coups de pieds et étranglements qu’elle a souffert jusqu’à présent. C’est nécessaire d’avoir peur mais il ne faut pas se laisser consommer par cette frayeur. L’on ne voit que deux choses chez les gens; ce qu’ils veulent nous montrer et ce que l’on veut voir. Les gens vont vous décevoir, on ne peut rien faire pour le changer, mais il faut que tu garde avec toi les bons – et mauvais – moments que ces gens pourraient t’offrir car ceux-là vont t’apporter une grande leçon; comment vivre avec toi même et celle-ci est la plus grande et importante leçon que t’apprendra dans ta vie.”

A new drug

Her eyes shone
Like the sun
Behind the stones
In the early dawn
You were so beautiful
With you hands behind your back
And your heart beyond understand
Your hair was more powerful
That the light that showed us
A road of pain and a wonderful
Kind of world we used to call our past.
Look at your watch again
The past has gone away
How much does a second last?
How many times do I have to die
To acknowledge the beauty
You seem so comfortable with?
Drugs takes time appart from you
Which has always worked for me
But now I reconsider the true
So come back, please
Come back
And become my new drug
My new addiction,
become my lungs.